Le mariage forcé ?

Selon les estimations 2020 de l’UNICEF 120 millions de mineures dans le Monde sont mariés de force chaque année. L’Unicef a par ailleurs estimé en 2018 à 25 millions le nombre de mariages précoces évités au cours de la dernière décennie. Cela représente une baisse de 15% par rapport à la décennie précédente. Cependant, cela ne signifie pas une baisse proportionnelle du nombre de mariage forcé, souvent reporté à la majorité des femmes.

Les causes et les conséquences du mariage forcé sont génératrices de violences et de discriminations. Certaines jeunes mariées de force à l’étranger ne reviendront plus en France ou trop tardivement. Leur scolarité, leur avenir et leur intégrité morale, physique et sexuelle seront fortement et durablement impactés. C’est pourquoi il est important de prévenir cette violence le plus en amont possible de sa commission.

Le mariage forcé a de lourdes conséquences sur les victimes : violences sexuelles, physiques et morales, arrêt de la scolarité, discrimination. En 2017, le collectif Filles, pas Epouses estime que les jeunes filles mariées avant leurs quinze ans ont deux fois plus de chance d’être victimes de violences conjugales que celle mariées après dix-huit ans. Elles ont également cinq fois plus de chances de mourir lors d’un accouchement qu’une jeune femme de vingts ans, selon l’OMS. Il est important de prévenir cette violence le plus en amont possible de sa commission.

Depuis sa création, Voix de Femmes mène des actions de prévention, de sensibilisation auprès des jeunes et des familles, et de plaidoyer auprès des institutions, pour une meilleure prise en charge des victimes. La première campagne de l’association construite avec des habitant.e.s des quartiers populaires en 2015 identifie qu’il n’existe pas de journée internationale contre le mariage forcé. L’idée d’une nouvelle campagne est alors née ; elle vise à promouvoir la création de cette journée.

La nouvelle campagne a deux objectifs majeurs. Le premier est la constitution d’un réseau de jeunes ambassadrices.deurs engagé.e.s sur cette campagne de sa conception à sa finalisation : la proclamation de la journée internationale par l’ONU. Notre second objectif est de pouvoir déployer leur pouvoir d’agir durablement pour l’égalité femmes-hommes, tant au niveau local qu’au niveau international.

Entre mars et mai 2021 les jeunes ambassadrices ont produit, lors d’ateliers, des outils de sensibilisation et de communication. Le premier atelier, « Partageons nos savoirs et notre pouvoir de changer le monde » s’est attaché à déconstruire les stéréotypes sexistes mais aussi à inclure la notion d’empowerment. Le second atelier intitulé « Stratégie de communication », ainsi que le troisième « Action, on tourne : quelques minutes pour convaincre l’ONU » ont permis aux ambassadrices de s’engager sur l’élaboration d’un kit d’essaimage de la campagne et un clip, support-phare du lancement de la campagne pour le festival Génération Egalité Voices qui a lieu du 18 mai au 1er juin. Ce festival d’engagement des jeunes va permettre de porter leur voix jusqu’à l’évènement d’envergure mondial organisé et inauguré par la France, du 30 juin au 2 juillet prochain : le Forum Génération Egalité qui permettra à la France, nous l’espérons, de mettre fin de manière durable au mariage forcé.